100 fois sur le métier…

A. Modification de sens Montmajour-centre

La solution proposée en fin de réunion le 20 mars (inversion de la rue Montmajour centre) semblait avoir emporté l’assentiment général. Or il semble que cette option, si elle facilite la sortie vers l’avenue Brossolette, prive dans le même temps un grand nombre de logements, soit d’un accès depuis l’avenue Poncet, soit d’une sortie vers l’avenue Schuman.

Voici l’étude détaillée qui analyse toutes les options, présentée sous 2 formes :
1. Tableau de recensement et de comptabilisation
2. Présentations visuelles

1. Tableau Excel
Montmajour / Arc-Stes Maries


2.Présentations visuelles

Inversion Montmajour-centre

(Pour utiliser les liens hypertextes, téléchargez le fichier et ouvrez-le sur votre ordinateur)

Comme on le voit, les inconvénients -accès supprimé depuis Poncet ou sortie supprimée vers Schuman- touchent un grand nombre de logements (immeubles de la rue Montmajour + villas avenue Poncet).


B. Modification de sens Arc + Stes Maries

Les personnes ayant fait l’analyse précédente ont remis en avant la proposition initiale du CIQ (voir aussi l’analyse en fin de tableau ci-dessus), en avançant les arguments suivants :

  • Dans cette configuration, AUCUN logement n’est privé d’option d’accès ou de sortie
  • L’argument mis en avant pour l’abandon de cette solution (afflux de passages par la rue Keller) est un peu léger comparé aux avantages (accès depuis Poncet pour tout le monde et sortie vers Brossolette pour la très grande majorité). De plus, il est tout à fait possible de faire appel au civisme de chacun en demandant aux habitants de Montmajour de ne pas emprunter l’accès Keller, mais plutôt de faire un “crochet” de 160 m, par Stes Maries Ouest puis Poncet pour rentrer chez eux (diapos 13 et 14 ci-dessous).

Présentation visuelle Arc- Stes Maries
(Pour utiliser les liens hypertextes, téléchargez le fichier et ouvrez-le sur votre ordinateur)


Les membres du groupe “circulation” du CIQ considèrent avoir fait leur maximum concernant cette situation. Nous avons bien pris note que de toute façon, rien ne se fera avant que le feu “Montmajour”, acté en réunion le 20 mars, ne soit installé.

La balle est maintenant dans le camp des “décideurs”…