Arc Environnement

Les promeneurs de l’Arc

Surprise cet après-midi lors d’une promenade sur le bord de l’Arc : des petites affiches plastifiées incitent à rejoindre d’autres promeneurs sur la page Facebook « Les promeneurs du bord de l’Arc ». L’accent est mis sur la propreté des abords et sur la responsabilité de chacun pour y participer. Pour les accros de smartphone (j’avoue, je m’y suis amusé) un QR code renvoie directement à la page. Le document est signé « un promeneur ».
Ci-dessous, copie de la présentation des objectifs de cette page :

Cette page à été créée pour servir de lieu d’échange pour les habitués de la promenade de l’Arc à Aix-en-Provence.

L’objet principal étant de permettre d’organiser la tenue en état des lieux. Vous y passez et trouvez le chemin encombré (branche cassé, déchets) mais n’avez pas de quoi dégager le passage ? Signalez le ici, pour permettre à un autre promeneur de prévoir le nécessaire (sac, gants, scie) à l’occasion de son prochain passage.
Un problème avec les infrastructures (pont, chemin, banc, déversoir), pareil, cela permettra de suivre les demandes faites auprès de la mairie. Ainsi que de faire des demandes groupées pour les appuyer davantage.

Cette page est totalement indépendante de la mairie ou du Pays d’Aix, elle a été créée par un simple habitant désireux de permettre à chacun de profiter de ce coin de verdure, certes proche de l’A8, mais coin de verdure quand même.

Pour poster sur la page, publiez votre demande directement, je la validerai ensuite pour qu’elle soit visible (permettant entre autre d’éviter les doublons, et garder la page lisible).

Merci d’avance à tous ceux qui contribueront à cette page, pour de belles balades.

Nous souhaitons longue vie à cette belle initiative, et il va de soi que si vous possédez un compte Facebook, alors abonnez-vous y de toute urgence !

 

5 commentaires

  • A l’arrivée des beaux jours vous arrivez à profiter des promenades du bord de l’Arc sans vous faire agresser par les tigres (moustiques)! Vous en avez de la chance!

    C G

    • Vous faites erreur, il n’y a pas de moustique tigre sur le bord de l’Arc, et cette rivière n’est pas à l’origine de la présence des moustiques dans notre quartier. Le moustique tigre affectionne les milieux urbains et péri-urbains où il vit et se reproduit dans des eaux STAGNANTES. C’est donc dans les jardins et abords de maisons qu’il faut chercher pour en trouver. Après la chasse aux oœufs de Pâques, place à la chasse aux récipients « sauvages » pouvant recueillir l’eau de pluie et non pas l’eau de rivière.

      • Alors pourquoi ces piqûres identiques à celles des moustiques tigres sur ces lieux de promenades ?

        Lire la suite.

        Danger: tigres !

        Une assemblée générale est prévue pour le 12 avril prochain. Parmi les sujets d’actualité qui sont exposés figure l’environnement, mais sans préciser la problématique sanitaire concernant la dangerosité de la forte présence des moustiques tigres.

        La brochure de la région  « Mouskit » remise par la mairie indique: 
        « Le moustique tigre, implanté depuis 2004 dans notre région, est en effet un facteur de nuisances et un vecteur de maladies graves (dengue, chikungunya, Zika). Durant l’été 2017, quelques cas ont été recensés à Aix, qui ont entraîné des opérations de démoustication très tôt le matin ».

        Etant précisé que les traitements en question se font par épandages d’insecticides, accompagnés d’un affichage exigeant la fermeture des fenêtres, l’enfermement à l’intérieur des habitations avec animaux, linges, jouets, aliments etc…(Ce qui en dit long sur la toxicité de ces produits sur l’homme, l’animal et l’écosystème, bien que prétendument non dangereux).

        Un des derniers cas connus est celui du 8 juin 2017 qui a nécessité, entre autres, une démoustication en urgence à l’hôpital Nord d’Aix !(Voir article de la Provence). Etant rappelé qu’il n’existe ni vaccins ni remèdes; seuls les symptômes sont traités en écartant aspirine et anti-inflammatoires pour la dengue, suite aux risques hémorragiques. Les plus exposés étant les bébés, les femmes enceintes, les enfants, les personnes âgées et fragilisées.

        En dehors de cette brochure pédagogique où une écoparticipation individuelle responsable est demandée, en particulier en veillant à vider l’eau des coupelles et autres petits contenants d’eau (creux d’arbres y compris??), en plaçant des moustiquaires, en portant des vêtements longs, en s’enduisant de lotions ou crèmes répulsives (plus ou moins toxiques et incompatibles avec les produits solaires, cela en plein été!), quelles actions de protection la mairie met-elle en place en amont ?

        Engage-t-elle, comme le font d’autres communes voisines ( Hyères par exemple, voir site officiel de la ville « les Palmiers »), des équipes pour examiner régulièrement, dès mi-mars, les secteurs susceptibles d’être occupés par des larves, comme, par exemple, les berges de l’Arc qui longent l’autoroute et ses aires d’arrêt (zones d’autoroutes mondialement reconnues comme à haut risque de dissémination) et qui inévitablement contiennent une multitude de petites rétentions d’eau ? Quelles mesures sont alors envisagées?

        Des bornes urbaines écologiques anti-moustiques, brevetées 0% toxicité, mais qui ont un prix, vont-elles être disposées en maillages protecteurs judicieusement placés, comme le font de nombreuses communes et villes de France, en commençant par nos voisines (par exemple Bouc Bel Air, Marseille) et autres villes de l’étranger où elles ont été exportées ? Etant précisé que cette innovation découverte par de jeunes ingénieurs de la région a son siège à Aix, Technopôle de l’Environnement, Arbois Méditerrannée (voir »Qista ») !

        Car si les horodateurs et les chantiers d’immeubles poussent comme des champignons dans nos quartiers, ces bornes urbaines brillent par leur absence dans le paysage aixois, sauf erreur de vision. Justement qu’en est-il ?

        Ne devrait-il pas y avoir cohésion entre les actions des communes et villes voisines pour l’efficacité de la protection, pour l’arrêt de la propagation ? Le maillage ne devrait-il pas s’établir en continu ?  C’est pourtant bien ce que l’on demande aux particuliers? Dans le cas contraire où serait la cohérence ?

        Mais nous sommes mi-avril, il y a urgence !
        Christiane G

        • Votre commentaire soulève un problème qui dépasse largement le cadre du CIQ des Facultés.Cela mériterait de créer un groupe de travail sur ce sujet mais peut être dans un cadre plus large ? Si telle est votre intention et si vous êtes présente à notre AG, il pourrait être possible de lancer un appel à volontaires le 12 avril.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.