Urbanisme

Villa Bourguet : projet Icade

Un projet immobilier d’envergure est prévu sur le terrain de la Villa Bourguet situé rue de la Fourane et près du rond-point de la 4ème région aérienne, là où se faisait anciennement le covoiture. Le  permis de construire a été accordé par la municipalité au promoteur immobilier Icade. C’est l’école Ynov qui en sera la bénéficiaire.

Le projet Icade

Après plusieurs demandes, nous avons rencontré en octobre 2020 le promoteur ainsi que le responsable de programme d’Icade, le directeur général adjoint d’Ynov et l’architecte.
Le concept Ynov nous a été présenté : campus proposant des formations post-bac aux métiers du numérique. Sur Aix le souhait a été formulé de regrouper les 2 sites actuels (Club hippique et  Encagnane) sur un seul et même site qui se situerait donc sur le terrain de la villa Bourguet.

Outre l’école Ynov, le projet comprend une résidence pour étudiants, un immeuble de bureaux ainsi que la réhabilitation d’une bastide en logements (co-living) pour étudiants. Des parkings (125 places) sont prévus en sous-sol et en aérien.

Plus d’un millier de personnes sont susceptibles de transiter sur le site : 1200 dans l’école + 150 dans les bureaux + 175 dans les logements-étudiants.

A noter : pas d’enquête publique obligatoire
En effet même si le projet prévoit une construction de 10 547 m² de surface de plancher (SDP) totale, cette surface se décompose en 552 m² de SDP existante réhabilitée (bastide actuelle) auxquels s’ajoutent 9 995 m² de SDP nouvellement créée. Cette surface est inférieure à 10 000 m² donc l’enquête publique n’est pas obligatoire.

Remarques du CIQ des Facultés

Avant toute chose nous regrettons que cet espace boisé n’ait pas été conservé en l’état. Notre quartier est suffisamment bétonné. N’aurait-il pas été pertinent de réfléchir en amont, avec les habitants du quartier, à un programme d’aménagement urbain ?
Nous avions imaginé une entrée de ville « verte », avec un nouveau parc public et un accès apaisé pour les mobilités douces vers le Pont de l’Arc. Il était toujours permis de rêver… revenons à la réalité.

Circulation : accroissement important du trafic

Il est évident que cet énorme programme va générer un flux de véhicules qui va se rajouter au trafic du rond-point, tristement célèbre pour sa saturation aux heures de pointe, nous en savons quelque chose.
L’accès-véhicules à ce programme est prévue en face de l’avenue Henri Poncet. Pour l’instant, nous ne disposons pas de détails essentiels : les véhicules pourront-ils partir vers la gauche (vers le rond-point) ? Cela semble très improbable. S’ils sont obligés de partir vers la droite, quel sera leur point de retournement pour revenir vers l’autoroute : mini rond-point en bas de Poncet (près de l’école élémentaire), en bas de la rue de l’Arc, de l’avenue Schuman ?
A notre connaissance, il existe deux projets qui pourraient apporter des réponses à ces questions :
– la transformation des deux ronds-points (Sud et Nord de l’A8) en carrefours à feux.
– la réhabilitation de l’avenue de la Fourane.
Les dossiers des carrefours à feux sont dans les cartons et devraient voir le jour… incessamment sous peu.

Le Cèdre du Liban : devenir et pérennité ?

Cet arbre centenaire de plus de 20 m de hauteur fait partie d’un espace boisé paysager. Plusieurs arbres de haute tige, dont de grands cyprès plantés en rive du terrain et créant un écran visuel et sonore pour les riverains en face semblent condamnés. S’agissant du Cèdre du Liban, nous avons de vives inquiétudes quant à sa survie. En effet, les travaux nécessaires pour la création d’une voirie à proximité immédiate de son tronc, ainsi que l’enfouissement de réseaux (pose de canalisations de raccordement) ne manqueront pas d’affecter son système racinaire.

Mobilités douces

Pour les vélos, ni piste dédiée ni parkings aériens ne sont prévus. Seuls des locaux-vélos souterrains sont mentionnés. Est-ce que cela va vraiment inciter à les utiliser ?

Projet future école Ynov (source ICADE)

Le dossier étant très dense, nous poursuivons l’examen de toutes les pièces.
Si vous désirez vous les procurer, il suffit d’en faire la demande au service de l’urbanisme.
Vous pourrez consulter le dossier sur place (photos acceptées), ou en demander une copie, physique ou sur clé USB.

Recours

Par principe, un permis de construire peut être contesté, à condition de justifier d’un intérêt à agir. Il faut donc habiter (ou travailler) à proximité du lieu.
Il s’agit ensuite d’apporter les preuves que ce projet porte atteinte à ses intérêts : perte d’ensoleillement, perte d’une vue, nuisances sonores etc…
Si ces deux conditions sont réunies, la démarche consiste à déposer un recours gracieux  en envoyant une LRAR au maire d’Aix-en-Provence et une copie au promoteur.

Il est aussi possible de former un recours contentieux qui se présente sous la forme d’un dossier adressé au tribunal administratif. Dans un délai de 15 jours francs à compter du dépôt du recours, il faut avertir le titulaire de l’autorisation et la mairie en leur adressant par LRAR la copie du texte intégral du recours.

Infos à retrouver sur le site service-public.fr

Attention : pour tout recours (gracieux ou contentieux), le délai est de deux mois à partir du premier jour de l’affichage du permis de construire donc pour le projet Icade  jusqu’au 27 juin 2021.

12 commentaires

  • Encore merci pour votre compte rendu très clair.
    Ce qui me semble le plus important c’est la perte d’espace vert et le trafic routier que ce projet risque de réaliser.
    J’habite ici depuis plus de 30 ans et je me suis habituée à ce magnifique cèdre !
    La végétalisation des habitats et des espaces urbains a pourtant fait ses preuves aujourd’hui pour lutter contre la pollution.

    Peut-on encore agir pour préserver au maximum ces 2 aspects ?

    Une surfréquentation de voitures a cet endroit rendra l’air encore plus irrespirable !
    Ah si seulement on écoutait les chanteurs !

    • En principe mais cela dépend du projet, les architectes essaient maintenant de sauver ce qui est viable et entrer en harmonie avec le projet.
      Mais pas toujours, « table rase et rase tout » sont les règles basiques…. c’est tellement plus facile…
      MV

  • Bonjour,
    La plus grosse aberration de ce projet est l’apport massif de circulation qu’il va créer à un endroit déjà plus que saturé.
    Ancien président du CIQ mais aussi ancien élu en charge du suivi de ce quartier, je considère comme tout le monde (je pense) que la densification urbanistique est un bien mais elle doit respecter certaines règles : l’insertion dans le trafic routier, la qualité de l’air et sa préservation…. Et surtout l’ampleur des projets. Mettre dans ce carrefour hyper fréquenté un lieu qui va lui aussi provoquer une sur fréquentation est une erreur. Nous nous devons de le dénoncer et d’agir.
    Bien cordialement.

  • Bonjour,
    Le CIQ peut il intenter un recours?
    Il me semble que le poids en serait plus important que l’action de simples habitants du quartier.

    Non seulement cet espace vert serait terriblement amputé, le cèdre condamné car après atteinte à son système racinaire, sa survie serait plus que menacée.
    Ce cèdre est il classé « arbre remarquable »?

    N’oublions pas qu’à ce jour ce rond point et sursaturé aux heures de pointe….. je n’ose imaginer la circulation si on rajoute 1500 personnes sur site.

    Et quelle irrationalité que de prévoir 125 places de parking quand on annonce 1200 personnes sur site + 150 dans les bureaux et 175 logements étudiants.
    Soit un peu moins d’une place de parking pour 12 personnes !!!

    Ce projet me semble être nouvelle aberration de l’urbanisme à tout prix et une promesse d’altération de notre cadre de vie.

    • Bonjour,
      Le problème des places de parking pour les habitations des années 60/70, on impute cela à cette époque où il y avait une voiture pour un foyer…
      Il semblerait que cela n’ait pas beaucoup changé… (Pour les constructions neuves)
      Il suffit de compter les appartements construits récemment à Aix et compter les places de parking…
      Il en faut au moins deux par foyer voire trois…
      En Suisse une Loi oblige les promoteurs à construire deux places de parking pour chaque logement…
      MV

    • Nous examinons toutes les pièces du permis de construire, dont celles relatives à la proximité de l’Enclos Décormis.

  • Ce projet paraît pharaonique pour un quartier déjà sururbanisé, sursaturé aux heures de pointe et de plus situé à proximité d’un bâtiment classé ce qui pose beaucoup de questions . Quelle logique du plan d’urbanisme ? Accord de l’architecte des bâtiments de France ? Quid de la concertation des habitants du quartier ? Un recours est il envisageable ?

  • Bonjour à tous,
    Si l’on veut se mobiliser, il faut faire vite, très vite, c’est bientôt la fin des restrictions sanitaires (Croisons les doigts…) les entrepreneurs, ouvriers du BTP, promoteurs et architectes ont besoin d’argent… et ceux qui empochent les dessous de table aussi…
    Michel VIDAL

  • Le projet de rond-point de la 4° région aérienne tel que figurant dans le dossier de PC ne prévoit pas de feux rouges et la création de « shunts » pour aller directement avenue de la Fourane. Cela ne peut qu’augmenter le nombre de voitures qui vont passer par là.
    Les aménagements cyclables et piétons prévus sur le pont ne sont absolument pas adaptés et ne risquent pas de favoriser les modes actifs.
    A votre disposition pour en parler si besoin.

    Olivier Domenach
    président ADAVA Pays d’Aix

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.